Deux tiers des salariés Européens sont fiers du travail qu'ils accomplissent

27 août 2020

Une récente étude menée par SD Worx montre que la majorité des employés est fière du travail qu’elle accomplit. Les Belges obtiennent les meilleurs résultats avec 80 % des salariés qui en sont convaincus. Les Néerlandais sont quant à eux 70,7 % à être fiers de leur travail, les Britanniques et les Allemands sont 64 % et enfin les Français 57,1 %. Réalisée conjointement par SD Worx (prestataire de services paie & RH) et l’Antwerp Management School, cette étude a été réalisée avant la crise du COVID-19 et plus précisément au cours du premier trimestre 2020.
Afin d’en savoir plus sur la situation professionnelle des salariés en Europe, SD Worx s’est associée à Antwerp Management School afin de mener une étude subventionnée sur le sujet.
Si l'enquête s'est concentrée sur l'impact de la digitalisation sur le travail, elle a également mis en lumière la fierté qu’éprouvent les Européens vis-à-vis de leur travail mais aussi leur satisfaction au regard de leur régime de travail actuel. Les résultats, obtenus en amont de la crise du coronavirus, démontrent qu’une grande majorité des Européens sont fiers du travail qu’ils accomplissent pour gagner leur vie : plus d’un salarié sur deux l’est en France, contre 8 sur 10 en Belgique, 7 sur 10 aux Pays-Bas et 7 sur 10 en Allemagne et au Royaume-Uni.

Satisfaction professionnelle globale

Être fier de ce que nous faisons est une chose, mais sommes-nous également satisfaits de notre travail actuel ? Les résultats sont variables. En France (55,4%) et au Royaume-Uni (53%), la moitié des interrogés se dit satisfaits ou très satisfaits par leur emploi. En Belgique et aux Pays-Bas, cette tendance est plus flagrante, plus ancrée, avec respectivement 72% et 66,9% des interrogés qui en sont convaincus.

« Cette satisfaction avérée est un point positif pour les employeurs, puisqu’elle illustre la proportion des employés à rester dans l’entreprise et à être performants », déclare Ans De Vos, Professeur à l’Antwerp Management School et spécialiste du « Next generation work: Créer des carrières durables ». « Le défi consiste à maintenir la satisfaction des employés pour des raisons intrinsèques telles qu'un contenu professionnel stimulant et à éviter que la satisfaction du travail actuel ne les place dans une zone de confort qu'ils ne veulent pas abandonner. S’enliser ne correspond plus à la réalité du travail, en constante évolution : l'adaptabilité et l'ouverture au changement sont essentielles pour des carrières durables ».

Plus de la moitié des participants se disent pleins d’énergie au travail

Être fiers et satisfaits signifie certainement que nous aimons aller travailler et les chiffres de l’étude semblent également le confirmer. En France, plus d’un employé sur deux est enthousiaste à l’idée d’aller travailler et un peu moins de la moitié affirme avoir de l’énergie (45%). Ces chiffres montrent que les employeurs font des efforts pour favoriser un environnement de travail agréable, mais aussi que les efforts sont à poursuivre.

Jean-Marie Mozziconacci, Directeur Général SDWorx France : « De manière générale, les Européens sont plutôt enthousiastes et c’est une bonne chose. Mais même si ces chiffres sont encourageants, il est important de rester vigilants. En effet, la satisfaction au travail est déterminée par différents facteurs, et nous ne pouvons prédire l’impact de la crise sanitaire sur celle-ci. Cependant, au regard des circonstances, il y a fort à parier que la santé et le bien-être seront et resteront des critères majeurs, si ce n’est la plus grande préoccupation des employés. Ils doivent pouvoir sentir que leurs managers se préoccupent également de cet aspect de leur vie. En outre, il est important de s’assurer que le travail reste stimulant et que des responsabilités gérables incombent aux salariés. L'appréciation est un autre facteur important mais souvent sous-estimé. Si les employés se sentent appréciés pour travail qu'ils accomplissent, la valeur de celui-ci n’en sera que plus grande. L'un des principaux problèmes pour employés est qu’ils manquent de visibilité en matière de perspectives d’évolution au sein de l’entreprise. Or cela leur est essentiel pour savoir qu’ils pourront, potentiellement, occuper des fonctions plus exigeantes voire plus gratifiantes dans le futur. Ce sont là quelques-uns des facteurs d'engagement importants que tout employeur devrait prendre en compte au quotidien ».