Gestionnaires de paie : des profils très recherchés pour accompagner la reprise

Par Isabelle Bornert - 7 octobre 2021 - Temps de lecture: 3 minutes

Actualités

Alliant expertise fonctionnelle et compétences comportementales, ils font partie des métiers que les entreprises s’arrachent aujourd’hui. A défaut de trouver la perle rare, celles-ci peuvent opter – de manière temporaire ou durable – pour l’externalisation de la paie, en misant sur un partenaire capable d’apporter un haut niveau de service.

Les experts en recrutement du cabinet Robert Half viennent d’établir le top 10 des profils les plus recherchés par les entreprises en cette rentrée 2021, en prenant en compte trois paramètres : l’importance de leur rôle, les raisons de ce plébiscite, et le niveau de salaire. Sans surprise, on retrouve deux fonctions commerciales, ou encore les ingénieurs systèmes et réseaux.

A leurs côtés dans ce classement, le responsable paie et le gestionnaire de paie font désormais partie du club des métiers les plus recherchés. Pour les experts de Robert Half, l’explication est simple : ils participent pleinement au bon climat social de l’entreprise en assurant l’exactitude de la paie, et ont joué un rôle clé au plus fort de la crise pour répondre aux défis administratifs et règlementaires posés par la pandémie – chômage partiel, activité partielle, arrêts de travail...

Une palette de compétences aussi large que variée

Les profils de gestionnaire de paie sont donc particulièrement recherchés, ce qui n’a rien d’étonnant quand on prend en compte la palette et la diversité de leur compétences. Le goût des chiffres – et la maîtrise des outils statistiques – sont un préalable indispensable mais loin d’être suffisant. Il faut également disposer de l’ensemble des compétences techniques nécessaires pour établir et vérifier les bulletins de salaire. Des connaissances en droit du travail et en droit social sont requises afin de veiller à la bonne application des législations en vigueur. Il va également s’agir de se tenir au courant de l’évolution règlementaire. Enfin, le gestionnaire de paie doit également être capable de maîtriser les logiciels de paie, et présenter un niveau d’anglais minimum – d’autant plus si l’entreprise a des activités internationales.

En complément de ces compétences « cœur de métier », le gestionnaire de paie va s’appuyer sur des qualités humaines et relationnelles pour mener à bien des missions. Citons, parmi d’autres :

  • La rigueur, pour limiter tout risque d’erreur dans l’établissement des salaires ;
  • La résistance au stress, notamment en cas de transmission tardive, par les managers, des informations relatives à leurs équipes ;
  • Le sens du relationnel et la communication, pour recueillir ou transmettre des données lors des échanges avec les représentations du personnel, les cadres intermédiaires ou la direction ;
  • La disponibilité envers les collaborateurs, pour répondre à toute question relative à leur rémunération.

Soigner l’expérience RH collaborateur du gestionnaire de paie

Fonction cruciale pour l’entreprise, le gestionnaire de paie est donc concerné par la guerre des talents que se livrent les entreprises pour accompagner la reprise. Comment réussir à faire la différence pour les séduire ? Les recruteurs ont tout intérêt à établir une fiche de poste qui met l’accent sur des missions bénéfiques à l’organisation. Si le gestionnaire de paie est cantonné à un rôle d’exécution administrative, il ne mobilise pas l’ensemble de ses compétences et risque de se démotiver rapidement. En étant au contraire considéré comme un élément-clé de l’organisation, il va pleinement jouer son rôle – par exemple, pour contribuer à des analyses permettant au comité de direction d’établir des projections en termes de masse salariale.

Le temps d’embaucher le profil idéal – ou à défaut de le trouver –, l’entreprise peut recourir à une solution d’externalisation, en s’appuyant sur un prestataire de confiance et orienté lui aussi sur des services à haute valeur ajoutée. L’externalisation de la paie permet ainsi de bénéficier :

  • D’une expertise métier permettant de garantir la conformité des processus ;
  • D’une veille légale et règlementaire offrant l’assurance d’être en phase avec les dernières mises à jour ;
  • D’une réduction des coûts par rapport à une gestion interne de la paie ;
  • Et d’une baisse notable des charges fixes de personnel et des coûts informatiques ;

Le métier de gestionnaire de paie est aujourd’hui l’un des plus prisés des entreprises. Il est enfin reconnu à sa pleine mesure pour son rôle essentiel à plusieurs titres : satisfaction des salariés, qualité du dialogue social, accompagnement à la stratégie de la direction… Pour attirer ces profils très recherchés, les organisations ont donc intérêt à soigner l’expérience RH collaborateur qu’elles leur proposent – de la même manière qu’une fois en fonction, les gestionnaires de paie contribueront à celle de l’ensemble des employés.

 

Sur le même thème

refresh Plus d'articles